26 novembre 2014

Les dessous de l’image

"Ceux qui restent"

Edouard Elias

Chaque semaine, un photographe commente l’une de ses images qui l’a marqué. Edouard Elias, photographe français, a choisi une photo de son premier reportage en Syrie



JPEG - 93.8 ko
© Edouard Elias

« Cette photo a été prise à Alep en août 2012. C’est mon premier reportage en Syrie, ma première journée de combat. Je traverse une rue contrôlée par les snipers et je vois cette petite fille, adossée au balcon. Je fais la photo sans réfléchir.


En rentrant, je retombe sur cette image. Elle est plutôt mal cadrée mais, sans que je sache pourquoi, elle m’interpelle. Elle symbolise « ceux qui restent », ceux qui survivent sous les bombes en Syrie alors que je suis rentré bien au chaud chez moi. Je l’ai mise en fond d’écran sur mon ordinateur : chaque jour, j’ai une pensée pour cette petite fille, adossée à son balcon. »

Cliquez sur l’image pour l’agrandir :

Propos recueillis par Marion Quillard



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
Commentaires Comments
  • Bonjour.
    Je sais, c’est un détail, et oh combien par rapport à la force symbolique de la photo.
    Mais il serait plus opportun de légender la photo avec "accoudée" plutôt qu"adossée", dans le commentaire.

    Très cordialement et bravo.

    Thierry

    4 décembre 2014 11:24
    Trait de séparation
Ecrire un commentaire


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie