N°9- PRINTEMPS 2015

ombre
>

Editorial

Publier n’est jamais un acte anodin. Au regard de la justice, c’est la direction d’une publication qui est susceptible d’être poursuivie comme « auteur principal » d’un délit de presse, les journalistes, dessinateurs ou photographes n’étant que des « complices ». Si chacun est libre de s’exprimer en privé sans aucune limite, seul le fait de rendre public des textes ou des images est socialement et juridiquement contestable. La direction de Charlie Hebdo et ses journalistes avaient longuement débattu avant de publier les caricatures de Mahomet. Ils ont toujours assumé leur décision, y compris devant les tribunaux. Ils en sont morts.


A chaque numéro de 6Mois, nous avons entre nous des débats. Ils sont parfois passionnels, même si leur portée n’a évidemment rien à voir avec la publication des caricatures de Mahomet. Ce numéro de 6Mois a été l’occasion de deux dilemmes.

Le premier concerne le reportage sur les effets des pesticides en Argentine. Cette enquête exceptionnelle comporte de nombreux clichés d’enfants qui souffrent de malformations dues aux produits chimiques. Certaines images sont insoutenables. Plusieurs portfolios successifs ont été montés par la rédaction et la direction artistique, avec ou sans les photos les plus cruelles. Toute la question était celle de l’effroi. Jusqu’où montrer ? Nous avons choisi d’être explicites – ne pas cacher l’existence d’enfants lourdement handicapés – sans publier les photos qui nous révulsaient nous-mêmes. Les légendes et l’entretien avec Fabrice Nicolino nous ont semblé suffisamment clairs.

Le second débat est plus paradoxal encore. Il a agité la rédaction autour de l’entretien avec Christophe Bangert. Ce photojournaliste allemand est l’auteur d’un livre dérangeant dont le nom dit tout : War Porn. Il y a rassemblé ses images les plus choquantes, notamment d’Irak, et s’élève contre leur non-publication dans les journaux. Une occultation de la réalité de la guerre, dit-il. Pour la mort comme pour le sexe, les limites entre l’érotisme (la suggestion) et la pornographie (la vision) sont ténues, variables dans le temps et dans l’espace. Il existe une esthétisation de la violence contre laquelle le photographe allemand s’insurge. L’interview est passionnante. Mais fallait-il publier en regard des images tirées de War Porn ? Nous nous sommes limités à une seule photo, en restant sur le seuil de l’horreur. La discussion fut vive. « C’est de l’hypocrisie ! », tonnait l’un. « Illogique ! », ajoutait l’autre. Nous pensons que le débat est important. A chaque lecteur de décider s’il a envie ou non d’acheter War Porn. Notre responsabilité est de permettre à chacun de s’interroger sans forcément passer par l’effroi.

Le journalisme est un dilemme perpétuel. Les frontières sont mouvantes. Nous avançons sans certitudes, sur un fil, dans le chaos des événements. L’important est de faire des choix et de les assumer, au nom justement de ceux qui ont payé leur engagement de leur sang. Il y a un beau vers de René Char, qui vaut pour les journalistes comme pour chacune de nos vies : « Tu ne peux pas te relire, mais tu peux signer. »


Laurent Beccaria, Patrick de Saint Exupéry et Marie-Pierre Subtil

barre

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
Commentaires Comments
  • J’ai énormément apprécié qu’il soit dans cet éditorial fait état des débats qui furent les vôtres concernant le travail de Christoph Bangert. Je suis très heureuse que certains se soient indignés qu’il n’y ait qu’une photo de publiée. Cependant, une, deux, trois, là n’est pas la question. J’achèterai Warporn pour soutenir le travail de Christoph Bangert. Parce que l’interview est remarquable. Parce qu’il y a eu débat. Parce que vous vous posez ces questions. Parce qu’il n’y a pas de bonne réponse. Merci !

    Thaïs 15 juin 2015 22:19
    Trait de séparation
  • Ce serait bien de considérer une version ou une extension numérique du magazine, pour favoriser les discussions ou publier ces photos qui ne pouvaient pas faire partie du magazine, pour raison de taille ou d’impact.

    Les parutions, ou pire encore, les sites web qui ne permettent pas l’échange, comme Reporterre, ce devrait être interdit à l’heure de l’Internet ! ;)

    Chimel 3 avril 2015 12:38
    Trait de séparation
En librairie

6MOIS N°14 - AUTOMNE 2017

L’AUTRE JAPON


Enquête FEMMES DE YAKUZAS

Photobiographie ARETHA FRANKLIN

Portfolio GUETTEURS DE CLIMAT

14 mars 2018

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie