21 octobre 2011

Face au silence, le temps d’un livre




Des champs à perte de vue, une odeur de terre mouillée, un ciel brumeux et un silence que traverse parfois le cri des corneilles…Ce paysage authentique a un nom : le Forez. Dans cette région reculée, entre les Alpes et l’Auvergne, vivent Claudette, Jeannot, Babette, Raymond, Jean, Mathilde, et Lucien. Des paysans d’un autre temps, des retraités, qui s’attachent coûte que coûte à cultiver la terre de leurs ancêtres. Christophe Agou, photographe originaire de la région, les a rencontrés. Il a photographié leur quotidien, leur solitude. Son portfolio, Face au silence, édité en France chez Actes Sud, a été récompensé par le 17e prix de l’édition européenne de la photographie.


Né à Montbrison, cité historique du Forez, Christophe Agou quitte la région à 17 ans. Ce n’est que bien des années plus tard, installé à New York, qu’il ressent le besoin de retrouver ses racines. Voilà dix ans maintenant que, grâce à un ami vétérinaire, le photographe s’est introduit dans la vie de ces Foréziens. Avec le temps, le « gamin du coin » a appris à les connaître et à se faire accepter, jusqu’à ce qu’ils ne « craignent » plus l’objectif. Souvent d’ailleurs, Christophe Agou ne prend pas de photo. Il passe simplement du temps avec eux – il s’assoit à leur table, partage leur repas, répare une fenêtre… Les habitants, isolés, apprécient les visites du photographe. Ils lui écrivent même des lettres, dont on peut voir des traces entre deux photos dans le livre.


De cette relation d’amitié naissent des photos émouvantes, intimes. Celle de Claudette, une dame aux yeux bleus et aux lèvres maquillées de rouges, qui n’a rien perdu de sa coquetterie ; celle de Mathilde, qui s’apprête à planter ses pousses de verveine ; celle de Jeannot, en grand dialogue avec sa vache… « Dès le départ, j’ai senti leur franc-parler, leur absence de paraître. C’est ce que j’ai voulu montrer. La mémoire et le présent d’hommes et de femmes attachés à leurs terres, face au silence… C’est l’homme, dans son tourment, sa solitude et son questionnement, qui me captive », explique Christophe Agou. Avec pudeur et tendresse, le photographe nous fait partager son attachement à ces gens qui n’ont jamais quitté leurs terres ni leurs animaux.


Victoria Scoffier


JPEG - 81.7 ko
Mathilde vit dans une ambiance et un décor hors du temps, avec son frère et sa soeur. C’est une femme intelligente et généreuse au regard mélancolique. © Christophe Agou.


JPEG - 49.8 ko
Le couple Jeannot et Babette a quelque chose d’attendrissant, parfois aussi de mystérieux. La perte de leurs vaches de la maladie de la vache folle a été traumatique. © Christophe Agou.


JPEG - 108.8 ko
Célibataire, Claudette aime ses animaux plus que tout - chiens, chats, lapins, poules, canards, oies... Elle prend aussi soin à elle seule de plus de 50 vaches. © Christophe Agou.




Face au silence
Photographies :
Christophe Agou.
Textes :
Christophe Agou, John Berger.
Ed. Actes Sud
www.christopheagou.com



Face au silence sera exposé à la Galerie Fait & Cause, du 18 Novembre au 14 Janvier 2012
Galerie Fait & Cause
58 Rue Quincampoix
75004 Paris



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie