5 avril 2013

Les dessous de l’image

« Il a tellement l’air d’un adulte »

Titus Simoens

Chaque semaine, un photographe décrypte l’une de ses images qui l’a marqué



PNG - 476.5 ko
© Titus Simoens

« Cette image fait partie d’un projet commencé en 2012, sur les institutions pour orphelins et enfants en difficulté familiale. Souvent, ces écoles se focalisent sur une activité, sportive ou technique. Je voulais débuter le projet par une école en Belgique, où les enfants apprennent le métier de pêcheur ; puis je souhaite aller en Chine voir une école de Kung Fu ; je devrais finir par les Cadets en Russie.


Ici, nous sommes dans un internat de la ville d’Ostend, sur la côte belge. Les enfants y sont placés dès l’âge de 6-8 ans, et y restent jusqu’à 16 ans, parfois jusqu’à la majorité. Ils suivent un programme scolaire classique et font régulièrement des excusions en mer pour s’entraîner à pêcher. Ils mangent là, dorment là, jouent là… beaucoup restent aussi le week-end et les vacances. C’est comme une seconde famille.


J’ai passé deux mois sur place, jours et nuits. Ça m’a beaucoup rapproché des enfants. J’avais ma propre chambre mais je me levais à la même heure qu’eux, je partageais leur repas à la cantine, je les accompagnais sur le bateau… J’ai peu à peu noué une relation de confiance. C’est grâce à cela que j’ai pu prendre cette photo intimiste.


Cliquez sur l’image pour agrandir :

La photo a été prise dans la salle de bain collective, le matin. Un moment difficile à attraper, parce que beaucoup de gamins gigotaient autour. On ne s’en doute pas en regardant ce petit garçon, mais il suffit de jeter un œil à la planche contact pour voir cette agitation. Je n’ai pas gardé les autres photos, je les trouve trop simples. Je préfère faire passer dans ma photo ce que je ressens de l’endroit où je suis. Le travail est différent.


Au fond, près de la fenêtre, Jason préparait sa brosse à dent. Je l’avais repéré et me suis focalisé sur lui. Il a seulement 9 ans, mais il a tellement l’air d’un adulte, déjà. Il se tient là, le dos droit, ne prête pas attention à moi, concentré sur ce qu’il fait… C’est une attitude qui m’a marqué chez les enfants de cette école en général. Ils sont si jeunes et pourtant, ils apprennent déjà un métier. Mon enfance et celle de mes amis étaient tellement différentes. Plus libres, peut-être ? La photo de Jason reflète cette maturité. Elle a quelque chose de pur. »


Propos recueillis par Victoria Scoffier


Titus Simoens est un jeune photographe belge. Après un reportage dans les campagnes roumaines, il part vivre pendant deux mois avec deux cow-boys de l’Idaho. « Blue, see » , sa série sur les institutions scolaires, est un work in progress.
www.titussimoens.be



Trait de s?paration Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie