13 avril 2017

Les dessous de l’image

« Ils font salon »

Hervé Lequeux

Chaque semaine, un photographe commente l’une de ses images qui l’a marqué. Hervé Lequeux revient sur sa rencontre avec les "p’tits gars" de Vaulx-en-Velin



JPEG - 160.5 ko
(c) Hervé Lequeux

"Cette photo a été prise à Vaulx-en- Velin, près de Lyon, dans le cadre d’un projet sur la jeunesse des quartiers dits populaires d’Amiens à Marseille. En nous arrêtant ici avec le journaliste Sébastien Deslandes, nous voulions revenir sur l’histoire de la marche de Beurs de 1983. Nous nous demandions s’il y avait eu un passage de témoin entre les générations.

La première approche s’est révélée assez compliquée. Notre méthode de travail, c’est d’arpenter la rue pour faire des rencontres. Sauf qu’ici, on marchait face au vide. L’espace public est quasiment désert, les gens ne parlent pas, il y a une sorte de froideur qui plombe l’atmosphère.

En parlant avec des marcheurs de 1983, nous nous sommes aperçus qu’ils n’avaient plus vraiment de liens avec la jeunesse. Ces gens ont fait énormément pour la visibilité des quartiers mais ils parlent de leurs héritiers avec une distance qui nous a étonnés. Nous, reporters indépendants, avions presque l’impression de mieux les connaître que leurs aînés.

Au fil des déambulations, nous finissons par nous installer au Mas du Taureau, lieu emblématique des émeutes urbaines de 1990. C’est une sorte de grand parking par lequel on accède au quartier qui le jouxte. Un jeune finit par nous interpeller en passant : « Vous faites de la vidéo aussi monsieur ? » Je lui explique que je suis plutôt photographe, il me dit qu’il a un groupe de rap, qu’ils cherchent à faire un clip.

Ils aimeraient tourner sur la place mais les « grands » qui squattent viennent de leur interdire. Eux ont entre 13 et 15 ans, ce sont les « petits ». Ils repartent tout penauds et nous amènent jusqu’à une contre-allée au pied de leur cité. Ici, c’est chez eux. En discutant, nous leur parlons de jeunes rappeurs rencontrés à Marseille dans le cadre du projet, les Guiri Mafia. Le monde du rap français est petit. Les deux groupes se connaissent.

J’ai pris cette image à a nuit tombante, quelques semaines plus tard. Ton appareil n’est jamais assez sensible dans ce cas-là, c’est compliqué. Les jeunes nous ont donné rendez-vous à quelques pas du Mas. Ils se retrouvent souvent ici, entre potes, en bas de la tour, livrés à eux-mêmes. Ils posent une tablette numérique sur un coin de rue et font salon, une manière comme une autre de se réapproprier l’espace. Ils sont surprenants de créativité dans la débrouille."

Nolwenn Bocrie

Une jeunesse française, le travail d’Hervé Lequeux et Sébastien Deslandes, est aussi le nom d’un livre à paraître fin avril aux Editions André Frères :
http://www.andrefrereditions.com/li... francaise/

Ce travail a également été publié dans le cadre du projet La France vue d’ici en collaboration avec Médiapart : http://www.lafrancevuedici.fr



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie