16 juillet 2018

LES PIPELINES D’OKRIKA

< >

Une jeune villageoise enjambe la rangée d’oléoducs qui traverse son hameau d’Okrika, banlieue pauvre de Port Harcourt, au sud du Nigéria.

Depuis la découverte de gigantesques gisements de pétrole il y a soixante ans, Port Harcourt est devenue la première capitale pétrolière africaine. L’or noir aurait pu rendre la ville prospère, mais les pétroliers, notamment la compagnie pétrolière nationale (NNPC), alliés à l’Etat, ne souhaitent pas consacrer leurs milliards de pétrodollars au développement local de la ville.

La violence est quotidienne dans cette zone de près de 2 millions d’habitants, où le pétrole et l’argent qui en découlent ont attiré, outre des masses de travailleurs pauvres, des gangsters, trafiquants et rebelles sans cause. La police, largement corrompue, ne protège que les très riches.

Cette photo est extraite d’un reportage du photographe Ed Kashi, qui a travaillé de longues années sur les conséquences d’un demi-siècle d’exploitation pétrolière sur cette terre africaine. Il en a tiré un livre, Curse of the Black Gold : 50 years of Oil in the Niger Delta (La malédiction de l’or noir : 50 ans de pétrole dans le delta du Niger, 2010), dont le Prix Nobel de littérature nigérian Wole Soyinka a écrit les textes.

Voir son site : www.edkashi.com

barre

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
En librairie


Enquête L’ENCLAVE

Photobiographie ELON MUSK

Portfolio FEMMES BATTANTES

8 mars 2019

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie