24 février 2020

La conquête de l’Est

Claudine Doury

< >

Sur les rives du fleuve Amour, Margarita, 80 ans, dévoile sa chevelure flamboyante au regard de Claudine Doury. Margarita est maire de Nergen et Malmych, deux villages de Sibérie extrême-orientale. « Quand je l’ai rencontrée, elle passait la journée dans la paperasse et le soir, elle enfilait ses bottes pour aller planter des carottes. », se souvient la photographe.


Margarita est un symbole, un trait d’union. Sa mère, pétersbourgeoise, est dans les années 30 la première institutrice russe exerçant à Nergen. Cette adhérente au Komsomol, l’union des jeunesses communistes, y rencontre le père de Margarita, jeune pêcheur de l’ethnie asiatique nanaï. « Margarita est un pont entre les deux cultures. Elle a un carnet dont elle est très fière, avec tampons et remerciements de tous les présidents qu’elle a connus : Gorbatchev, Eltsine, Poutine... Mais elle est aussi capable de tenir des propos très proches du chamanisme », raconte Claudine Doury.


A l’instar de la mère de Margarita, des milliers de jeunes bâtisseurs volontaires s’installent en 1932 aux abords du fleuve Amour. Ils répondent à l’appel de Staline, désireux d’industrialiser cette région qui partage 4250 kilomètres de frontière avec la Chine. Ils donnent leur nom à la ville nouvelle de Komsomolsk-sur-l’Amour. Mais ce chantier du complexe militaro-industriel soviétique est aussi surnommé « la capitale du Goulag ». Main d’œuvre forcée des usines sidérurgiques, chantiers navals militaires et raffineries, un million de prisonniers sont internés de 1930 à 1950 dans cette ville fermée.


Comme hier, l’attrait du Kremlin pour la taïga perdure. En 2016, Vladimir Poutine a fait du développement de l’Extrême Orient une « priorité nationale pour le XXIe siècle ». Un hectare de terre est offert à chaque citoyen décidant de s’y établir. La conquête de l’Est a repris.


Cette image fait partie de la série « Une odyssée sibérienne » réalisée entre 1991 et 2018, afin de témoigner de la vie des peuples asiatiques natifs de Sibérie.


Fériel Naoura


Claudine Doury est membre de l’Agence VU. Son travail est à découvrir sur son site Internet et sur son compte Instagram.

barre

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
En librairie

6MOIS N°19 - PRINTEMPS/ÉTÉ 2020

Brésil, le vertige

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie