3 mars 2015

Le World Press tiraillé sur la mise en scène

Interpellé par le maire de Charleroi pour un sujet primé accusé de "falsifier la réalité", le World Press Photo a réaffirmé son soutien au photographe. Noyée sous les critiques, la direction du prix tente de justifier sa décision tout en condamnant la mise en scène.



La polémique autour du palmarès 2015 du World Press Photo n’en finit plus. Après avoir publié un long communiqué sur son site internet ce dimanche pour confirmer la récompense attribuée au photographe Giovanni Troilo, la direction du prestigieux prix de photojournalisme a été noyée sous la critique.

Le 12 février 2015, Giovanni Troilo a reçu le premier prix du World Press dans la catégorie « problématiques contemporaines » pour une série de dix photos prises à Charleroi intitulée « Le cœur noir de l’Europe ». La ville y est présentée comme un endroit malade, après avoir subi « l’effondrement de l’industrie textile, la montée du chômage, de l’immigration et la flambée de la petite délinquance ».

Le maire de Charleroi s’est insurgé contre ce reportage qui, selon lui, « falsifie la réalité ». Dans une lettre adressée au jury du World Press Photo, il a dénoncé les mises en scènes photographiques de Giovanni Troilo et demandé que le prix lui soit retiré.

Dans un nouveau communiqué publié lundi sur son site, le World Press Photo justifie son soutien au jeune photographe italien tout en expliquant refuser la mise en scène : « Une incompréhension a dominé les discussions sur Internet, donnant à croire que le concours semblerait approuver la mise en scène des images. Nous aimerions clarifier les choses et préciser que le communiqué avait l’ambition de souligner exactement le contraire »

PNG - 323.7 ko
Capture d’écran du site du World Press


Soucieuse de bien se faire comprendre, la direction du World Press Photo propose une définition de la mise en scène : « C’est quelque chose qui n’aurait pas eu lieu sans l’intervention du photographe ».

En l’occurrence, plusieurs images de Giovanni Troilo ont nécessité son intervention. Il a par exemple installé un flash dans la voiture de son cousin pour éclairer l’intérieur pendant qu’il le photographiait entrain de faire l’amour avec sa copine.

Il a ensuite demandé à un couple adepte de sadomasochisme de rejouer une scène à laquelle il avait assisté quelques jours plus tôt. Le jury du World Press Photo sait tout cela, Giovanni Troilo ne lui a rien caché.

Mathieu Palain



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie