3 avril 2015

Les dessous de l’image

Le parrain

Ulrich Lebeuf

Chaque semaine, un photographe décrypte l’une de ses images qui l’a marqué



JPEG - 57.1 ko
© Ulrich Lebeuf


« 11 septembre 2011. C’est le tout début de la campagne de Marine le Pen. Son premier rendez-vous avec le Front National. Sa première université d’été, à Nice. Elue à la direction du parti en janvier, elle reprend le flambeau de son père. Jean-Marie a l’air d’abdiquer, mais il est bien présent, dans une posture de parrain.


Le midi, il nous a invité à déjeuner au Petit Negresco. Nous étions cinq à table, lui, son épouse, son conseiller, le réalisateur Serge Moati et moi. Je travaille alors comme photographe de plateau pour une série de documentaires de Serge Moati sur les candidats en campagne présidentielle. Je garde un souvenir assez surréaliste de ce déjeuner. Au milieu du restaurant, il y a un vieux manège. Je suis face à Jean-Marie Le Pen qui me parle de son admiration pour François Mitterrand, et le petit manège tourne en chantant la mélodie du bonheur...


La soirée de meeting de Marine Le Pen a lieu au Palais des Congrès. A la fin, il reste les derniers militants, la musique, des cotillons. Je m’assied au bord de la scène, et le conseiller des Le Pen, qui me reconnaît, me laisse monter. Je colle alors Jean-Marie jusque dans sa loge. Le champagne commence à faire son effet, il fait extrêmement chaud, il est en sueur, entouré de quelques amis. Il sort en disant : « c’est un véritable four ici ! », me fait un petit clin d’œil, et ajoute : « Je n’ai pas dit crématoire ! ».


On entre dans la loge de sa fille. Je vois qu’elle me regarde en coin : je ne sais pas si j’ai le droit d’être là, à côté de Serge Moati, qui filme toujours, une petite caméra au poing. La communication est très verrouillée, comme avec tous les politiques. Pour rester tout petit, je ne fais que quelques images, dont celle-ci, encore jamais publiée. J’utilise le noir et blanc, en référence aux photos de campagne de Raymond Depardon, mais aussi pour essayer d’échapper aux codes couleurs du parti, arme de communication. C’est l’une de mes premières photos de politiques. Je réalise que finalement, cela peut être plus fascinant que les Soprano ! Après, j’ai photographié toute la campagne présidentielle. »


Propos recueillis par Léna Mauger


Retrouvez les photos de la campagne présidentielle sur Clichés de campagne.



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

6MOIS N°14 - AUTOMNE 2017

L’AUTRE JAPON


Enquête FEMMES DE YAKUZAS

Photobiographie ARETHA FRANKLIN

Portfolio GUETTEURS DE CLIMAT

14 mars 2018

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie