25 mars 2016

Les dessous de l’image

Pèlerinage au Pérou

Lillo Rizzo

Chaque semaine, un photographe décrypte l’une de ses images qui l’a marqué. Ce jeudi, Lillo Rizzo partage son amour pour le Pérou.



« J’ai longtemps travaillé sur les rites religieux en Sicile, d’où je viens. Quand je suis arrivé au Pérou pour la première fois en 2004, pour suivre mon amie qui entamait un doctorat en anthropologie, j’ai été fasciné par les traditions des populations, à la fois catholiques et païennes.

Nous nous sommes réinstallés au Pérou en 2009. Cette fois-ci, nous avons vécu au sein des communautés, à 3 000 mètres d’altitude. Dans les villages, nous partagions leur quotidien et leurs rituels. Je voulais aussi vivre leurs pèlerinages.

Celui de Qoyllurit’i est le pèlerinage indigène le plus imposant du continent américain. Plus de trente mille personnes se rendent au pied de la cime enneigée du Qolquepunko, à 4800 mètres, pour honorer la montagne.

En 2009, le pèlerinage avait lieu en juin, en plein hiver. Les nuits étaient froides et il pouvait geler au petit matin. Nous sommes partis de 4200 mètres et avons gravi la montagne jusqu’à 4 800 mètres. Nous avons mis huit heures. L’altitude m’exténuait. Je manquais de souffle, j’avais l’impression d’un poids sur la poitrine.

Quelques pèlerins s’arrêtaient de temps à autre devant des autels qui longeaient le chemin. Ils priaient et déposaient des pierres pour rendre hommage au dieu de la montagne. En haut, ils dormaient sous des tentes et chantaient pendant une semaine.

En photo, j’ai fait ce que j’ai pu. J’avais choisi de travailler uniquement en argentique avec mon Leica. Et avec la fatigue, j’ai fait encore moins de photos que d’habitude. Une vingtaine de films, peut-être. Et seules quatre photos sont potables.

J’ai choisi celle-ci car la fatigue et le poids de la croix portée par cet homme représentent ce que j’essaie de saisir à chaque fois dans ce type de fêtes : l’essence de l’homme plongé dans sa spiritualité. Je ne suis pas croyant. Mais même un athée pouvait être touché par la spiritualité qui émanait de cette longue marche. »



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

6MOIS N°14 - AUTOMNE 2017

L’AUTRE JAPON


Enquête FEMMES DE YAKUZAS

Photobiographie ARETHA FRANKLIN

Portfolio GUETTEURS DE CLIMAT

14 mars 2018

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie