16 janvier 2014

LES DESSOUS DE L’IMAGE

« Mon petit manège »

Patrice Terraz

Chaque semaine, un photographe décrypte l’une de ses images qui l’a marqué.



JPEG - 67.4 ko
©Patrice Terraz/Signatures


« Cette photo de l’actrice Asia Argento a été prise à Cannes en 2013. Je ne suis pas un fan des paillettes, mais depuis le début des années 1990, je réalise les portraits officiels des participants au festival du cinéma d’Alès, Itinérances. Du noir et blanc et de l’argentique, toujours. De fil en aiguille, j’y ai rencontré quelqu’un du festival de Cannes qui a fait exposer mes photos sur la croisette, en marge du festival. Ça m’a donné envie d’agrémenter ma collection.

Depuis 2005, je vais à Cannes chaque année, au départ sans aucune accréditation et aujourd’hui encore, sans commande. Je profite du hasard des rencontres pour demander aux célébrités de me prêter leur regard une seconde. Je n’aime pas les photos volées, le côté paparazzi. Je veux une confrontation, même rapide, ce qui m’amène souvent à photographier des gens sur un coin de trottoir ou au détour d’une soirée alcoolisée.

Mon équipement est toujours le même : une enveloppe où je conserve les tirages des portraits réalisés les années précédentes, une lampe de poche car je suis souvent dans des endroits sombres et je n’aime pas aveugler les gens avec un flash, et mon appareil évidemment. Le fait que je travaille en argentique fait sourire. Dès que je croise quelqu’un que j’ai déjà photographié, je lui offre un tirage du portrait réalisé. Ce petit manège ouvre un nombre de portes incroyables, c’est comme cela que j’ai pu faire cette image.

JPEG - 39.8 ko
Cliquez sur la planche contact pour l’agrandir.
©Patrice Terraz/Signatures


C’est une histoire à tiroirs. En 2007, je croise l’acteur Gaël Garcia Bernal qui accepte de poser pour moi. Trois ans plus tard, toujours à Cannes, je tombe sur lui dans une soirée. Il est en pleine conversation avec l’actrice italienne. J’aborde l’acteur pour lui offrir le tirage mais Asia Argento attrape le cliché et m’arrête : « Tu est fou, il faut lui vendre ! » Hors de question, je ne veux pas de relation d’argent entre eux et moi. Mais j’ai mon appareil sous ma veste. En échange du tirage, je propose à Asia de m’accorder une photo, elle accepte.

L’année dernière, Asia Argento était à l’honneur à Cannes, elle est montée sur scène pour remettre l’un des prix. Après la cérémonie de clôture, je la croise dans un couloir et lui donne le tirage de 2010. Ravie, elle se met à poser langoureusement sans que je demande quoi que ce soit. J’étais aux anges, ce genre de moment est jubilatoire ! Pour faire une photo dans ces conditions en suivant le protocole, il faut contacter l’attaché de presse, avoir une commande d’un journal. Obtenir une séance quand tu fais des photos perso comme moi, c’est impossible.

J’ai beaucoup hésité avant de retenir cette photo dans la série. D’habitude je n’ai pas le luxe de pouvoir choisir entre plusieurs « bonnes » : les acteurs posent une seconde avant de se détourner. Mon choix s’est finalement porté sur l’image où elle est le moins « vulgaire ». J’aime bien ce personnage un peu provoc’, rock’n’roll. Je ne voudrais pas diffuser une image qui pourrait la desservir. »

Propos recueillis par Mathilde Boussion

Retrouvez les portraits réalisés à Cannes par Patrice Terraz ici.



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
Commentaires Comments
  • Bonjour,
    pas groupie mais fan de la démarche et des choix de Patrice Terraz depuis bientôt 30 ans ; la discrétion, la pudeur en quelque sorte, derrière l’objectif- la force, l’énergie et le rythme devant.
    N&B, argentique, c’est poétique et donc indémodable dans un décalage toujours subtil qui redessine le réel ou le transforme.

    Véronique TOURLET 21 janvier 2014 19:28
    Trait de séparation
  • Mon cher patrice

    j ai bien aimé ton texte
    ta façon de faire et d offrir quelque chose
    de rendre a l autre son image
    ce geste que nous ne faisons pas naturellement
    trop préoccupé que nous sommes pour prendre ...
    les images en disent assez long sur le personnage
    comme Johann Rousselot je pense que ce n est pas de la vulgarité mais
    une très forte affirmation de soi
    tres belles images
    didier goupy / signatures

    19 janvier 2014 09:00
    Trait de séparation
Ecrire un commentaire


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie