6 février 2012

Nos maisons de famille

La maison est bourgeoise, plantée au cœur d’un petit parc arboré. Gamine, la photographe Pascaline Marre y a passé ses vacances en compagnie de ses grands parents. Aujourd’hui, elle a 39 ans mais son attachement demeure, tout aussi fort. Bientôt, la maison sera vendue. Dans son livre Nos maisons de famille, Pascaline Marre lui signe un adieu poétique.



Des coins de jardin où partir à l’aventure. Deux tables à l’ombre fraîche des marronniers. Un vieux portique où jouer au cochon pendu. Un lit bateau en bois sombre dans l’angle d’une chambre tapissée de fleurs anciennes. Une table de cuisine où l’on partage les repas de famille. Nous n’avons pas vécu dans cette maison mais nous la connaissons tous un peu. C’est celle des vacances scolaires, des jeux d’eau sur la pelouse, des greniers explorés et des moments partagés. Tout en suggestion et poésie, les photos de Pascaline Marre nous entraînent au pays du souvenir d’enfance.


Victoria Scoffier


Nos maisons de famille
Photographie : Pascaline Marre
Texte : Anne Wiazemsky
Editions de La Martinière, 97 pages, 20€.


À l’occasion de la sortie du livre, les photos de Pascaline Marre sont exposées à la Galerie binôme, 19 rue Charlemagne à Paris, jusqu’au 3 mars 2012.



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie