17 décembre 2015

Les dessous de l’image

Un beau rêve

Sandra Calligaro

Chaque semaine, un photographe commente l’une de ses images qui l’a marqué



« En 2012, après quelques années passées à vadrouiller aux quatre coins de l’Afghanistan, j’ai décidé de me concentrer sur la capitale et d’entamer un travail de long terme. Un jour, en faisant mes courses au centre commercial, j’ai réalisé que j’étais entourée d’Afghans lambda, ni riches, ni Blancs expatriés. La classe moyenne, qui s’était envolée pendant la guerre, semblait être de retour. J’ai eu envie d’en savoir plus : qui étaient-ils ? à quoi ressemblaient leurs vies ?


De fil en aiguille, j’ai rencontré pas mal de jeunes : urbains, diplômés, ils exprimaient pour la première fois le souhait de rester dans leur pays pour le reconstruire. J’ai rencontré Abdullah à un festival de musique rock. Il a fait des études pour devenir contrôleur aérien, mais ça l’ennuie. Il a pris des cours de guitare, il rêve d’appartenir au « Glamour world » - ce sont ses mots ! Chanteur ou mannequin… un métier qui retournerait les filles sur son passage. Il organise même des shootings avec des amis photographes, en empruntant des vêtements de la boutique qui l’emploie… Car au quotidien, Abdullah travaille comme vendeur au centre commercial.


La photo a été prise chez lui. Il vit encore chez ses parents, il s’est « isolé » dans la chambre pour tchatter sur son portable. Il écrit à une Afghane résidant en Afrique du sud. Il ne l’a jamais rencontrée mais il l’appelle sa « petite copine ». C’est un semblant de flirt, de vie affective… En Afghanistan, les rencontres hommes-femmes restent compliquées. Abdullah incarne assez bien sa génération et le fond mon sujet : le contraste entre la vie imaginée, espérée, et la réalité. Comme beaucoup de jeunes, il a grandi avec la présence occidentale, Internet lui donne une impression de liberté… mais c’est un beau rêve. Surtout aujourd’hui, après le départ des troupes de l’OTAN, on sent que l’étau se resserre. Les mêmes jeunes qui, il y a trois ans, voulaient rester en Afghanistan, pensent aujourd’hui à quitter leur pays. »


Cliquez sur l’image pour l’agrandir :


Propos recueillis par Victoria Scoffier


Les photos d’Afghanistan de Sandra Calligaro sont rassemblées dans un livre, Afghan Dream, en pré-ventes ici : https://fr.ulule.com/afghan-dream/



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie