21 novembre 2012

"Un cadeau pour l’histoire"

Vingt ans après le début de la guerre en Bosnie, un livre de photographies témoigne de la violences et de ses morts, mais aussi de la solidarité tissée entre des journalistes et une population.



JPEG - 99.6 ko
Une unité paramilitaire serbe tue puis frappe des musulmans bosniaques après un massacre à Bijeljina © Ron Haviv

5 avril 1992. Après la Slovénie et la Croatie, la Bosnie-Herzégovine déclare son indépendance. Le lendemain, l’armée des Serbes du pays (qui représentaient environ 30% de la population), menée par Ratko Mladic, commence à bombarder Sarajevo, la capitale. Les convois de nourriture et de médicaments sont bloqués, l’eau et l’électricité coupés. Le siège durera quatre ans.

Pour les journalistes européens, la guerre a lieu là, à quelques kilomètres. « C’était “la guerre à la maison“ », se souvient le Français Rémy Ourdan, Avec lui, une horde de jeunes reporters débarque dans des voitures bondées. Ils sont pigistes, n’ont pas un sou en poche, mais veulent « en être ». Lui ne sera intégré à la rédaction du Monde qu’au bout de deux ans de siège.

L’armada cosmopolite vit à l’Holliday Inn, le grand hôtel de Sarajevo, « où se nouent les histoires d’amour et sont soignés les blessés. » Dehors, les bombes, les balles qui fusent dans la « sniper allée », ces civils et ces combattants qui deviennent vos voisins, vos amis. Et ces mois, ces années qui s’égrènent, lentement, sans qu’on ne voie vraiment la fin de cette fichue guerre. Le siège devient le plus long de l’histoire contemporaine et marque l’imaginaire de toute une génération.

JPEG - 99.3 ko
Entre deux bombardements, des femmes s’aident à se recoiffer © Roger Hutchings

En septembre 2010, au festival Visa pour l’Image, Rémy Ourdan croise ses collègues photographes. La Bosnie fait bien sûr partie des discussions les plus nostalgiques. Certains voudraient « faire quelque chose » pour le pays. L’idée d’un livre est lancée. « Mais comme d’habitude dans les conversations de bistrot, il ne s’est rien passé. »

Un an plus tard, mêmes protagonistes, même discussion. Cette fois, Jon Jones, photographe pendant la guerre et aujourd’hui directeur photo du Sunday Times magazine, propose de porter le projet. Il envoie des mails à tous ceux qu’il avait croisé à l’époque, « des mails qui font le tour du monde, forwardés et re-forwardés. » Près de cinquante photographes répondent et offrent leurs clichés sans hésiter.

Sans maison d’édition, le livre est autoproduit : certains journaux en financent une partie, les photographes et leurs amis complètent grâce à une collecte de fonds sur le site Kickstarter qui rapporte 24 000 $. Le résultat est un pavé élégant, véritable « document pour l’histoire », publié à 2 500 exemplaires. Une carte, quelques articles d’époque et des photos, plus rien que des photos, qui témoignent de tous les aspects du conflit.

Le 11 juillet dernier, pour l’« anniversaire » du massacre de Srebrenica, qui a fait 7 000 morts environ, le livre a été offert à 170 personnes, fixeurs, traducteurs, chauffeurs, cameraman , et autres anciens collègues des journalistes de cette guerre.

JPEG - 114.1 ko
Une jeune femme s’est pendue juste après avoir été obligée par les forces serbes à quitter Srebrenica © Darko Bandic

Il est aussi distribué dans les universités, les bibliothèques, et les bénéfices tirés de la vente du livre partout ailleurs permettront ensuite de toucher les écoles de Bosnie. La mémoire visuelle de ce conflit prend forme, le « cadeau » est un pari réussi.

Marion Quillard

Bosnia, 1992-1995
Livre collectif piloté par Jon Jones (éditeur photo), Gary Knight (production, avec Ziyah Gafic) et Rémy Ourdan (éditeur texte)
260 pages, 30 euros

Pour l’acheter, deux possibilités : le commander en ligne, sur www.bosnia-book.com, ou se rendre à la librairie Comme un Roman, 39 rue de Bretagne, Paris 3e.



Les contributeurs du livre “Bosnia 1992-1995” :
Odd Andersen, Darko Bandic, Yannis Behrakis, Nina Berman, Alexandra Boulat, Eric Bouvet, John F. Burns, Christophe Calais, Patrick Chauvel, Rachel Cobb, Steve Connors, Enrico Dagnino, Jérôme Delay, Janine Di Giovanni, Amel Emric, Wade Goddard, Antoine Gyori, Benoit Gysembergh, Tom Haley, Jean Hatzfeld, Ron Haviv, Filip Horvat, Roger Hutchings, Morten Hvaal, Srdjan Ilic, Olivier Jobard, Jon Jones, Thomas Kern, Gary Knight, Rikard Larma, Paul Lowe, Anthony Loyd, Santiago Lyon, Enric Marti, James Mason, Christopher Morris, James Nachtwey, Anja Niedringhaus, Peter Northall, Rémy Ourdan, Gilles Peress, Michael Persson, Ariane Quentier, Noël Quidu, Laurent Rebours, Andrew Reid, Patrick Robert, David Rohde, Laurent Sazy, Kurt Schork, Tom Stoddart, Laurent Van der Stockt.



Bosnia 1992-1995 from ziyah gafic on Vimeo.



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie