23 mars 2015

Zoom sur

Une caravane en guise d’appareil

A l’Institut médico éducatif d’Anglet, près de Bayonne, des jeunes ont transformé une caravane en sténopé



JPEG - 81.9 ko
Devant le port industriel d’Anglet
© Bruno Floquet

Prendre une photo avec une caravane en guise de boîte noire : un groupe de jeunes de l’Institut médico éducatif d’Anglet l’a fait. Florian, Joao, Morgan, Kevin, Valentin, Joan et Thibaut ont entre 16 et 18 ans et la mine réjouie. Accompagnés de leurs éducateurs Bruno Floquet et Pascale Brust, ils sont venus présenter leur projet au festival Infilmement Petit, samedi 21 mars à Paris. L’événement accueille chaque année depuis quatre ans collégiens et lycéens autour d’ateliers de réflexion sur l’image.


Pendant une après-midi, une brochette d’ados guidés par les jeunes Angloys apprend à utiliser un sténopé, un appareil photo au fonctionnement simple. Toute boîte peut faire office d’appareil, pourvu qu’elle soit repeinte en noir à l’intérieur et percée d’un trou. Une boîte à chaussures, une boîte de lait en poudre… pourquoi pas une caravane ?


Celle de l’Institut médico éducatif a été prêtée par un Bayonnais ravi. Elle est arrivée la veille dans les rues de Paris. Les jeunes en sont fiers. Cela fait plus d’un an qu’ils photographient leur région avec ce procédé. Une quinzaine de tirages au format poster a déjà été exposée à Bayonne. Ce soir, ils photographient l’église du Val de Grâce et son dôme. Eclairé par un spot rouge branché à la camionnette qui leur a servi de bus, Florian épingle des feuilles A3 sur la paroi intérieure de la caravane. Il forme méthodiquement le poster d’1 m 20 sur lequel la silhouette inversée du dôme va s’imprimer pendant douze minutes. Ses copains l’attendent pour développer les négatifs.

JPEG - 64.5 ko
Le port d’Anglet et son négatif
© Sténopé caravane
JPEG - 64 ko
La villa Beatrix Enea et son négatif
© Sténopé caravane
JPEG - 68.9 ko
La forêt de Lazaret et son négatif
© Sténopé caravane
JPEG - 74.6 ko
L’église du Val de Grâce et son négatif
© Sténopé caravane


« L’Institut a pour vocation première d’autonomiser des jeunes en retard scolaire et de les insérer sur le marché du travail, explique Pascale, professeur de français. Avec Bruno, nous essayons de leur apporter une ouverture culturelle et une sensibilité artistique. » Pour Bruno, passionné de photo, le projet reste d’abord pédagogique : « C’est une façon de les nourrir intellectuellement, et surtout de leur donner la parole. Ils détiennent un savoir et ce sont eux qui le transmettent aujourd’hui. Pour une fois, ils sont valorisés. L’un d’entre eux a même gagné un prix municipal pour ses images. »

La caravane a fait sa dernière prise de vue au Val de Grâce. Elle sera bientôt rendue à son propriétaire. Les garçons ne sont pas tristes : Bruno leur a promis un atelier photo en 3D.


Victoria Scoffier


JPEG - 60 ko
Joan, Joao, Florian, Valentin, Morgan, Thibaut, Kevin, et leur éducateur Bruno
© 6MOIS




Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

6MOIS N°14 - AUTOMNE 2017

L’AUTRE JAPON


Enquête FEMMES DE YAKUZAS

Photobiographie ARETHA FRANKLIN

Portfolio GUETTEURS DE CLIMAT

14 mars 2018

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie