12 février 2018

MI-RUSSE MI-KAZAKH

Justynia Mielnikiewicz

< >

Tomiris, 10 ans, pose entre ses deux grand-mères – l’une russe et l’autre kazakh. À Petropavl, au Kazakhstan, où elle vit, la petite fille parle couramment les deux langues. Sa mère, Kulyunkoz, est directrice de l’école kazakhe locale quand son père, Sergey, dirige une école russe. Elle a deux grands frères : Ruslan a étudié à l’université d’Astana, la capitale, et travaille maintenant pour une compagnie pétrolière en Afrique. Timur, le plus jeune, est encore scolarisé à Moscou.

Au Kazakhstan, les Russes forment la minorité la plus importante (20% de la population). Ils vivent pour l’essentiel dans les régions du nord, frontalières avec la Russie. À Petropavl, où 60% de la population est d’origine russe, la langue de Tolstoï est la seconde langue nationale. La plupart des résidents de la ville, regardent la télé russe, conduisent jusqu’à Omsk, en Sibérie, pour faire leurs courses et envoient leurs enfants étudier de l’autre côté de la frontière. Pourtant, ils ont choisi de vivre au Kazakhstan. Ils n’ont pas voulu déménager en Russie au moment de la chute de l’URSS. Le Kazakhstan est leur patrie.

Cette photo a été prise par Justynia Mielnikiewicz, membre de l’agence MAPS.
Voir son site : https://www.justmiel.com/index

barre

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
En librairie

N°14 - AUTOMNE 2017

L’AUTRE JAPON


Enquête FEMMES DE YAKUZAS

Photobiographie ARETHA FRANKLIN

Portfolio GUETTEURS DE CLIMAT

14 mars 2018

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie